Newsletter - janvier 2020


Optimiste... envers et contre tout !

Œuvrer au changement ! Que dire de plus ? Que souhaiter de plus en ces temps troublés, troublants, voire menaçants ? Partout, les indicateurs sont au rouge. Chacun d’entre nous sent bien qu’il est urgent d’infléchir les trajectoires, qu’elles soient climatiques, sociétales, politiques, économiques ou individuelles … Mais comment ? Comment impacter le monde, comment faire évoluer les choses, comment croire que le petit effort individuel de chacun va pouvoir aussi bien modifier la courbe des températures terrestres, améliorer la gouvernance politique mondiale - ou plus modestement simplifier la complexité institutionnelle belge - , freiner le consumérisme à tout va, ou contribuer à réduire les inégalités sociales …

L’ingrédient indispensable pour mettre en œuvre ces changements est certainement l’optimisme, en tout cas dans son sens lexical « Confiance dans l'issue favorable d'une situation ». Un optimisme réaliste certes, mais nécessairement une posture volontariste qui considère que le changement est possible. D’un mot : il faut y croire ! Il faut imaginer un autre monde possible. Un autre rapport avec la planète et les éléments naturels, un autre rapport avec la société des hommes et des femmes qui nous entourent, un autre rapport à la politique et au politique, une autre manière de trouver son bien-être en accord avec celui des autres, une autre façon de s’alimenter, de se déplacer, de se vêtir … En somme, une autre manière de faire société !

Les témoignages de cette Newsletter illustrent à souhait que les jeunes citoyens de demain, si on leur en donne le cadre, adoptent cette « posture proactive » et peuvent pertinemment orienter leur trajectoire personnelle pour prendre une juste place dans ce monde complexe, une place qui fait sens et qui fait société, une place qui œuvre, dans un espace situé et dans un temps donné, au nécessaire « changement ».

Alors, lisez-les … Vous ne perdrez pas espoir ! Ils constituent le meilleur antidote au catastrophisme ambiant. Puisse leur belle énergie contaminer les acteurs sociétaux de tous poils, à commencer par nos mandataires politiques à qui l’on demande un soupçon de courage pour former un Gouvernement, et une pincée d’engagement pour y inclure le Service Citoyen.

Meilleurs vœux pour cette belle, complexe, mais passionnante année qui s’en vient !


 

François Ronveaux

Directeur général.