Enfin le bout du tunnel ?

Editorial de la Gazette Citoyenne n°5, juillet 2017, par François Ronveaux, directeur de la Plateforme pour le Service Citoyen 

Après une décennie de mobilisation et de lobbying politique, notre Plateforme obtient enfin des avancées concrètes en vue de la création d’un Service Citoyen en Belgique. Une étape importante de ce processus fut l’organisation d’un colloque de deux jours au Sénat les 15 & 16 mai derniers. La Plateforme y avait invité tous les politiciens belges des niveaux Fédéral, Régional et Communautaire, en leur offrant un programme riche, dense et inspirant, à travers notamment les témoignages des directeurs de programmes français, allemands, italiens et luxembourgeois. Au terme de cet événement, nous ne pouvons que nous réjouir des annonces qui y ont été faites … Jugez plutôt :

  • La Ministre fédérale Maggie De Block prend ses responsabilités et annonce un statut pour les jeunes en Service Citoyen avant la fin de la législature.
  • Le Ministre flamand de la Jeunesse Sven Gatz annonce la mise en œuvre de projets-pilote en Flandre en préparation à ce nouveau statut.
  • Le colloque que nous avons organisé au Sénat a permis à des représentants de six partis et de huit cabinets ministériels d’affirmer leurs soutiens au projet, et plus important encore, de conclure à l’urgence d’un statut pour les jeunes souhaitant s’engager dans un Service Citoyen volontaire.

La sphère politique semble donc mûre pour faire aboutir ce projet de société …

Mais ne vendons pas trop vite « la peau de l’ours … » car il y a encore du travail, dont le moindre n’est pas de garantir la production d’un texte de loi de qualité, qui intégrera les Principes fondamentaux et les lignes de force d’un programme à destination de tous les jeunes, sans exception ni élitisme. En effet, l’obtention d’un cadre légal pour le Service Citoyen sera un succès si - et seulement si - ce cadre produit (1) du brassage social et culturel, (2) développe une fibre citoyenne, (3) induit un réflexe de solidarité et (4) génère les conditions d’une vraie émancipation, le tout au service d’une meilleure cohésion de la société. Notre expérience avec plus de 500 jeunes ayant réalisé un Service Citoyen nous a montré que la mise en œuvre de ces Principes fondamentaux ne va pas de soi et qu’il s’agit de penser un texte de loi au regard des lignes de force suivantes : (1) approche globale de la personne, (2) alternance de temps de missions et temps de formations suscitant réflexivité et maturation du jeune, (3) personnalisation de la relation aux différents niveaux (tuteurs, responsables du suivi, etc.), (4) brassage social et culturel érigé en principe pédagogique, (5) Egalité de chances d’accès, (6) dynamique collective et (7) mobilité comme facteur d’émancipation.

Comme en témoigne Yannick Blanc, Haut-Commissaire à l’Engagement Civique en France (vidéo), le Service Civique/Citoyen met un certain temps à faire sa place dans l’imaginaire collectif, entre le volontariat, l’emploi, le stage et l’insertion socio-professionnelle. Mais cette place est légitime, et revendiquée par les jeunes. Rappelons le chiffre sans appel de 63 % de jeunes belges en faveur de l’instauration d’un Service Citoyen pour tous. Armons-nous donc de persévérance, de pertinence, d’esprit de concertation et de collaboration !

Et pour le reste, Mesdames, Messieurs les mandataires politiques … c’est à vous de jouer ! (nous vous y aiderons !)

François Ronveaux
Directeur de la Plateforme pour le Service Citoyen.